Cholet est en fête pour le 100ème anniversaire de son carnaval.
Cette année, le Carnaval de Cholet célèbre sa centième bougie.

Une fois par an, la ville de Cholet fait son show en organisant un carnaval de jour et de nuit, admiré par près de 100.000 personnes. Une semaine de festivités qui se clôture ce soir par la tenue exceptionnelle d’un défilé de nuit « Unique en France ». Célébrant cette année sa 100ème bougie, la célèbre parade choletaise est un spectacle qui se prépare de longs mois en avance. Rencontre avec David Pignon, carnavalier passionné qui depuis 25 années a grandi grâce à la magie du collectif !

Sept mois d’aventures

Toujours Rebelle est le nom du char du groupe Systèm D pour cette 100ème édition du Carnaval de Cholet.
« Toujours Rebelles » David pose devant le char de son groupe System D.

Créée en 1906 par le tout jeune Comité des Fêtes de Cholet, la « Mi-Carême » est au démarrage une respiration joyeuse au milieu du Carême, période de jeûne des catholiques fortement représentés dans le Choletais. Un grand défilé de nuit vient s’ajouter aux festivités en 1984, la « Mi-Carême » devient au milieu des années 1990 le « Carnaval de Cholet ». Chaque année, le carnaval laisse à chacun le souvenir heureux d’une parenthèse festive, en famille ou entre amis, embarqué par les rires, sous une pluie de confettis, mais l’envers du décor est encore plus fort ! Sept mois d’imagination et de construction sont nécessaires à près de 200 carnavaliers pour offrir le spectacle d’un jour et d’une nuit aux spectateurs choletais… Chacune des 14 équipes de bricoleurs passionnés imagine, dessine, maquette et construit un char qui raconte une histoire. Une aventure incroyable, trépidante et éprouvante, dans laquelle s’engage sans compter chacun des carnavaliers.

Mon premier carnaval à 13 ans

David réalise des chars pour le carnaval de Cholet depuis plus de 25 ans.
David démarre dès 13 ans l’aventure des carnavaliers à Cholet.

Choletais de naissance et aujourd’hui âgé de 39 ans, David Pignon découvre un peu par hasard l’Association des Carnavaliers avec l’un de ses amis. « On s’est présentés avec mon ami Ludovic en 1992 pour voir s’ils avaient besoin d’aide. C’était un peu tard dans l’année pour participer à la construction d’un char, donc on a juste défilé. J’avais 13 ans et je ne savais même pas s’ils allaient se souvenir de moi l’année suivante. Finalement ils m’ont rappelé à la fin de l’été pour préparer le défilé de 1993. Je ne savais pas vraiment ce que je recherchais ; j’y allais tous les samedis après-midi et puis de fil en aiguille je me suis lié d’amitié avec quelques jeunes de mon âge. Ma première année de construction n’a pas été si facile. Je me revois en train de peiner à réaliser des plumes en balatum pour les attacher sur des chevaux ailés. C’était vraiment compliqué à couper ! »

Patrick le Chef d’orchestre

Très vite, David va s’intégrer au sein de son équipe : System D. « Ce qui m’a tout de suite impressionné, c’est que l’on part de zéro en septembre. Dans notre équipe, le char n’existe au départ que dans la tête de Patrick (Lucas) qui valide avec nous le message qu’il souhaite faire passer. Je suis admiratif du travail de Patrick car il ne suffit pas juste d’avoir une idée et d’en faire un croquis. Il réfléchit à l’ensemble du travail qui devra être réalisé pour atteindre l’objectif technique et artistique qu’il a en tête. Sa mission est que chacun des membres de l’équipe puisse s’éclater et avoir assez de travail tout au long de l’année, que ce soit pour la réalisation du char de jour et pour sa transformation en mode nocturne. Patrick est un vrai chef d’orchestre qui nous guide jusqu’au jour J. Ce n’est pas évident de se motiver au démarrage car on ne visualise pas très bien toutes les étapes de montage et puis très vite on est emportés par l’énergie collective de la réalisation du char. La dernière ligne droite est juste enivrante tellement l’excitation de réaliser le char dans les temps est communicative. »

Derniers ajustements au hangar des carnavaliers avant le défilé de jour du 100ème carnaval de Cholet.
David et le chef de l’équipe System D Patrick Lucas

Grâce aux chars, David découvre alors la vie de groupe et fait de nombreux apprentissages. « Quand j’ai commencé les chars, il y a tout de suite eu un lien fort avec Patrick. C’est le chef d’équipe mais c’est surtout un formidable meneur, il est professeur de sport de formation et il partage avec nous son plaisir à gérer le collectif. Il a une véritable autorité naturelle sur l’ensemble du groupe. J’ai appris à écouter, à suivre ses instructions et respecter ses décisions. Après quelques défilés, je me suis rendu compte que naturellement Patrick nous permettait de nous épanouir en nous associant dans la réflexion et dans la prise de décision. Cela m’a apporté de nombreuses compétences en terme de savoir être et de savoir faire. »

Une grande école de la vie

7 mois de travail intensif pour quelques heures de bonheur proposés aux Choletais le temps du Carnaval
David en train de finaliser le montage du char « Toujours Rebelles » pour le 100ème carnaval de Cholet.

« Ma première année, j’ai appris à faire du papier. Dès l’année suivante, à seulement 14 ans, je transmettais ce qu’on m’avait appris à Nadine qui venait juste d’arriver et qui avait 30 ans de plus que moi. Tu ne te poses pas la question de la différence d’âge… tu partages ce que tu sais faire, c’est tout. En retour Nadine m’a montré comment coudre de la toile de jute. Ce que je trouve formidable, c’est que parmi nous, il y a des chômeurs, des cadres, des retraités, des ouvriers, des chefs d’entreprise… mais aucun indicateur social n’est visible! Seul la passion du carnaval nous réunit tous au quotidien. Tu apportes ce que tu sais faire, en toute simplicité, et tu le partages avec le groupe. Ma première maison que j’ai achetée, c’est grâce aux chars que j’ai réussi à l’aménager tel que je la souhaitais. Tu apprends tellement de choses à faire de tes mains… »

L’esprit de famille

Au cœur du hangar historique devenu trop petit et qui sera remplacé dès l’année prochaine par un local flambant neuf, la passion n’a pas d’âge et l’avenir est d’ores et déjà assuré… Chacun participe à la construction de sublimes chars, de la benjamine émerveillée, qui du haut de ses 6 ans a toujours baigné dans l’esprit des carnavaliers, aux doyens octogénaires qui transmettent leur savoir avec art. « Tu développes un réseau social autour des chars… Il y a un véritable esprit de famille. Aux chars, j’ai rencontré Nicolas, devenu un de mes meilleurs amis… Je suis aujourd’hui parrain de son fils. Cela signifie beaucoup pour moi ; nos liens sont très forts. Aujourd’hui il y a beaucoup plus de jeunes qu’à l’époque où j’ai démarré et je trouve cela super car l’ambiance est vraiment exceptionnelle. »

Le carnaval de Cholet : une prouesse technologique

Le carnaval de Cholet propose chaque année un carnaval de nuit unique en France
Cholet / 1er Carnaval de nuit en France

La particularité du Carnaval de Cholet qui en fait une attraction de premier plan au niveau national, voire européen, réside dans son défilé de nuit. « Quand j’ai commencé, on a été un peu précurseurs à réaliser nos chars entièrement en polystyrène alors qu’il y avait principalement des réalisations à base d’armature en ferraille. Il y a aussi eu de grandes évolutions concernant les installations électriques pour le carnaval de nuit. C’est une expérience incroyable de défiler le dimanche, de jour, et d’avoir une toute petite semaine pour habiller entièrement nos chars de milliers d’ampoules pour le défilé de nuit, le samedi suivant. Une vraie prouesse collective qui s’anticipe de plus en plus tôt et qui s’est modernisée. »

De nombreux groupes costumés accompagnent les chars tout au long du défilé du carnaval de Cholet.
Des masques, des paillettes… Un véritable esprit de fête anime les rues de Cholet à l’occasion du Carnaval.

Donner le maximum pour que la magie opère

Faire briller un char est un exercice magique qui se finalise toujours à la dernière seconde. « Cela procure une adrénaline d’une force incroyable. Je me souviens d’une année où j’ai changé tout le câblage d’un kit juste avant de sortir le char le samedi soir. Tout le monde sortait du hangar et nous étions de notre côté toujours en train de souder car notre char ne fonctionnait pas. A chaque édition du carnaval, nous donnons le maximum pour que la magie opère… Quoi de plus beau quand un spectateur remarque un jeu de lumière particulier que nous avons mis des jours à faire fonctionner. Faire apparaître une tête sur un mur d’ampoules, ce n’est pas la même chose qu’allumer les guirlandes d’un sapin de Noël. L’utilisation de leds nous a grandement aidé à sublimer nos jeux de lumière. Il faut se rendre compte de tout l’équipement technique que cela représente pour illuminer les dizaines de milliers d’ampoules présentes sur notre char. »

Soulagé quand c’est terminé !

Carnaval de Cholet - 100ème anniversaire
Les chars du Carnaval de Cholet sont impressionnants à voir défiler de jour comme de nuit.

David puise également beaucoup d’énergie dans le collectif en cas de coup dur. Il se souvient avec émotion du défilé de nuit en 1997 où il présente leur char « Ô temps, suspends ton vol » qu’il affectionne particulièrement. « La météo n’était pas au rendez-vous pour le défilé de nuit mais nous sommes tout de même partis pour défiler. Je défilais avec une fausse chauve souris sur l’épaule et nous avons quasiment fait tout le défilé sous la pluie… J’avais 20 ans et la pression avait été très difficile à gérer. J’étais tombé en larmes à l’arrivée tellement j’étais désolé du spectacle avorté. Beaucoup d’effets de lumières avaient été supprimés du fait de l’eau qui s’était invitée dans les moindres recoins des chars. » Même constat en 2000 lorsque de jour, un orage ruine le spectacle, faisant fuir tous les spectateurs. « Je n’avais qu’une obsession, c’était de descendre le plus vite possible pour pouvoir remonter le char au hangar et le mettre au sec avant l’installation des éclairages pour le défilé de nuit. Quand on passe sept mois à concevoir un char et que la météo ruine tout en deux heures, c’est désolant. C’est pour cela, que le défilé, je suis content quand il est fini ! »

Les chars du Carnaval de Cholet sont admirés à l'arrivée du défilé sur la place du 8 mai.
Comme chaque année les Choletais sont très fiers de leur carnaval de jour comme de nuit.

Un public connaisseur & exigeant

Après 25 années de bénévolat qui l’auront vu être élu Roi du carnaval puis Président des Carnavaliers, David ne tarit pas d’éloge sur cette aventure humaine qui fait la renommée de Cholet. « Lorsque j’ai été élu Roi du carnaval, j’étais vraiment touché par cette marque d’affection de la part de l’ensemble des carnavaliers qui vient reconnaître ton implication au sein du hangar… J’étais très fier au moment du défilé ! Toute l’équipe était habillée en reines, valets et on m’avait installé sur un trône avec une écharpe « David 1er »… » Cette année, pour la 100ème, c’est une reine qui a été honorée par ses pairs. « Je lui souhaite d’en profiter un maximum et de partager cela avec le public choletais. Ce n’est pas si simple d’interagir avec la foule. Certains spectateurs sont déguisés et font la fête mais une grande partie observe avec une certaine forme de pudeur… Un public exigeant que nous avons nous-même contribué à créer en améliorant chaque année le défi artistique proposé.» La présentation ce soir de leur char illuminé « Toujours Rebelles » ne dérogera pas à la règle avec une illustration spectaculaire du passage du centenaire que chacun peut découvrir à partir de 21H30 dans le centre ville de cholet.

Chacun des chars du carnaval de Cholet est accompagné d'un groupe de musique.
Les groupes de musique sélectionnés par le Comité des Fêtes de Cholet délivrent chaque année leur talent et leur bonne humeur !

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *